Réalisateur

En ce moment, je me lance (c'est le jeu ma pov' lucette) dans la réalisation de petites vidéos aussi amusantes pour vous que pour moi je l'espère. Et après de nombreuses prises de notes et chronométrage, j'éprouve un mal certain a réaliser les prises de vue correctes.

En effet ma première réalisation fut rapidement exécutée car n'impliquant pas de prises de vues complexes, la plupart des plans furent exécutés in game. Il en va autrement de mon deuxième projet. Afin d'améliorer la qualité du rendu final il n'est pas possible pour la plupart des scènes de les réaliser en jeu. Il faut alors utiliser des astuces tels que la technique connue du "fond bleu". Quand il s'agit de réaliser de cette manière la difficulté provient du fait qu'il m'est impossible (pour le moment) de poser des repères, je procède donc par approximations. Il faut faire de nombreux essais avant d'obtenir un résultat satisfaisant, ce qui n'est pas encore le cas.
Quand on jongle avec plusieurs applications utilisant la 3D en même temps la ressources de la machine effectuant la prise de vue sont très sollicitée, et on obtient un film saccadé, ce qui n'est vraiment pas ce que l'on veut.

Pour le moment, le projet a un storyboard complet, un scénario dans les grandes lignes, et des notes (positionnement, chronos, etc...). Les "acteurs" sont configurés. Et je croyais qu'une grosse partie du travail était fait. Hélas, ce n'est pas le cas.

Quoi qu'il en soit, si les machinimas existent depuis le début des années 90, leur diffusions étaient relativement confidentielle. Avec l'émergence de plateformes comme YouTube, ce monde à explosé, et des milliers de réalisateurs en herbe se sont découverts. Même si la plupart des vidéos sur YouTube sont des speedrun (une vidéo de jeu capturé en temps réel ou le réalisateur tente d'effectuer un parcours le plus rapidement possible dans un jeu), d'autres présentent des comédies ou des drames dont certains sont dignes de professionnels.
Le genre du Machinima est né d'un détournement des jeux vidéo de leur fonction première (bien que réaliser des films soit un jeu en fait pour la plupart des machinéastes). Puis sont apparu The Movies jeu de Peter Molyneux (qui commit aussi Black&White) dont le sujet était de faire un film. Il s'agissait là d'un précurseur de ce qui allait venir ensuite.
Il existe maintenant des logiciels dont la fonction est de créer des films dans un environnement 3D en reprenant les facilités offertes par la réalisation en temps réel (movement des personnages, environnement dynamiques, etc...), mais fournissant des outils spécifiques de positionement de caméra ou de lumière, de synchronisation des lèvres pour les dialogues. Des outils que l'ont peut trouver sur les moteurs 3D complexes utilisés pour la réalisation de films tels que Shrek.
Ces logiciels, comme iClone, par exemple ne sont pas des jeux au sens classique du terme, ils n'ont pas d'objectif intrinsèque. Mais ce ne sont pas non plus des moteurs de réalisation 3D tels que ceux utilisés par Pixar ou Dreamworks. Il s'agit d'une hybridation qui met la réalisation de films de synthèse à la portée de tout possesseur d'ordinateur.
Reste que peu nombreux sont ceux qui ont suivi des courts théoriques sur la réalisation de film, et que comme dans tout domaine esthétique chacun pense que beaucoup de choses en la matière peuvent être faite sans formation. Nous avons donc nombre de films dont la qualité laisse à désirer. Cependant avec le nombre de réalisateurs out there il faut s'attendre à un phénomène similaire à celui qu'a connu déjà la musique : l'émergence de grandes stars après que leur réalisation aura été vu 13 milliards de fois sur YouTube.

Bon, en attendant je dois retourner à mes découpages...

Haut de page