Mort de la musique sur internet

Et voila que l'on reparle du droit d'auteur sur internet. Après toutes les mesures, et les lois qu'ont tenté d'imposer (et souvent réussi) les majors de l'industrie musicale en sortant à chaque fois l'étendard de la création, en criant qu'il faut rémunérer les auteurs et ainsi permettre la survie de la création. Ce avec quoi tout le monde sera d'accord sur le principe n'est ce pas?

C'est le Copyright Royalty Board (CRB), une sorte de SACEM à l'américaine, qui a annoncé qu'il comptait relever les royalties que doivent distribuer les diffuseurs en ligne tels iTunes de 66%, faisant passer les royalties par chanson de $.09 à $.15. Ce qui est considérable vous en conviendrez.

Devant une telle augmentation de ses coups Apple a grogné expliquant que la firme serait susceptible de fermer iTunes, cette plateforme perdant du coup sa rentabilité. En effet les chiffres le montre parfaitement, comme on peut le lire dans cet article, iTunes représente 85% du marché de la vente de musique en ligne, avec 2,5 milliards de téléchargements, réalisant en 2007 1,9 milliards de dollars de chiffre d'affaire avec une marge bénéficiaire de 30% soit un bénéfice de 570 millions de dollars. Une marge serrée en effet (sic). On comprend qu'Apple ait crié au meurtre avant que le CBR ne disent finalement qu'il n'allait pas augmenter les royalties. L'augmentation des royalties aurait, il est vrai considérablement diminué le bénéfice d'iTunes (si cette augmentation n'avait pas été répercutée sur le prix de vente), mais la marge serait tout de même resté confortable.

Avec cet esclandre en tout cas, je crois que plus aucun grand distributeur de musique ne peut décemment venir à la tribune pour dire qu'il défend les intérêts des auteurs, mais ça ne les empêchera pas de le faire.

Haut de page