Le terrorisme autorisé

Marina Petrella, ancienne membre des brigades rouges, condamnée par l'Italie en 1992 pour complicité de meurtre, ne sera pas extradée vers l'Italie selon la décision souveraine du président de la république Française.

Marina Petrella est très malade, et cela a sans doute beaucoup compté dans la décision du président. Par ailleurs Valeria Bruni-Tedeschi, soeur de Carla Bruni, a choisi de soumettre à l'attention du président ce cas particulier, cela a du compter aussi pour beaucoup dans la décision.

Marina Petrella vit en France depuis 1993 où elle s'est réfugiée après avoir été condamné. Elle travaille (ou travaillait vu que maintenant étant très malade elle doit probablement se soigner) comme assistante sociale.

Cette ancienne terroriste s'était réfugié en France en 1993 suite à la politique d'asile initiée par François Mitterand. Je ne discuterait pas l'application de la "clause humanitaire" pour refuser l'extradition, qui, somme toute, doit être justifiée. En revanche je m'interroge sur ce droit d'asile (qui aurait du la protéger en premier lieu contre l'extradition): Prenons un Saoudien, qu'on appelera Oussama, ce Saoudien commet un acte terroriste et entraine la mort de plusieurs milliers de personnes. Par ailleurs Oussama, après cet acte fortement répréhensible (quelles que furent ses motivations vous en conviendrez), se repent et déclare qu'il ne le fera plus, il demande l'asile à la France. Selon le même schéma, la France accueillera Oussama et lui donnera un job, et probablement des soins pour ses problèmes rénaux. Les Etats-Unis exigent l'extradition de ce dangereux criminel qui a causé la mort de tant de leurs citoyens. La France refusera au double motif qu'il bénéficie de l'asile et que d'autre part l'emprisonnement à Guatanamo serait préjudiciable à sa santé.

Un cas de figure sans doute impossible en réalité (Oussama ne connait malheureusement pas Carla, il n'a jamais pu lui parler car elle ne porte pas le voile) et pourtant possible en théorie. N'est ce pas là un peu trop? Je pousse le vice : un homme travaille pour la mafia, on lui a demandé de tuer un juge. Pour ce faire il fait exploser la voiture du dit juge à Rome et envoie une lettre de revendication à la police. Puis il se rend en France, se déclare terroriste et jure qu'il ne le fera plus...

Il y a peut être des subtilités qui m'échappent, mais cela me semble autoriser les assassinats.

Haut de page