Autoritarisme de caniche

Après sa lettre envoyé à M. Barroso portant sur l'amendement 138 Nicolas Sarkozy se voit refuser la faveur qu'il demandait, à savoir le retrait de l'amendement.

Viviane Reding, commissaire européen aux télécommunications a rappelé que l'amendement à été voté à une très large majorité et que la commission doit respecter la décision démocratique du parlement. C'est d'ailleurs une des promesses de campagne de Reding qui souhaite être réélue à son poste. La commission en profite aussi pour rappeler à Sarkozy qu'il est possible de faire des lois respectant les droits fondamentaux du citoyen tels que le respect de la vie privée, le droit à la liberté d'expression et d'information. (pan dans les dents!)

Il est tout de même assez déplorable qu'il faille en arriver aux hautes instances européennes pour signifier au gouvernement français que ses propositions vont à l'encontre des droits fondamentaux du citoyen. Un pays comme la France qui se glorifie d'être la terre des droits de l'homme et qui à du mal à percevoir que le fichage, et la privation de liberté (fussent elle seulement de l'accès à l'information) à la demande d'intérêts privés ou administratifs sont les apanages des périodes les plus sombres de l'histoire, périodes où l'on a pu constater, suite à la généralisation de tels systèmes, les pires atteintes au droits de l'homme.

Haut de page